Le Bateau

Chantier Français Kirié Feeling 1040 de l’année 1986 réalisé par l’architecte naval Philippe Harlé. Il est équipé d’une barre à roue et la coque est en Polyester monolithique.

Voilier OCEANE au mouillage sur bouée à Girolata en Corse

Caractéristique technique :

Longueur hors tous10 mètres 42
Maitre bau3m60
Tiran d’eau1m90
Déplacement lège4 900 kg
Longueur flottaison8m80
Version 3 cabines / 1 sdbTous confort à bord !
MoteurVolvo D1-30F / 30 cv 2014
Vitesse moyenne4,5 Nœuds
Type de gréementSloop en tête de mat avec bôme enrouleur
Jeu de voilesGrand Voile lattée 25m²
+ Génois lourd 135% 40m²
+ Spinnaker Asymétrique 70m² à chaussette et Patin d’armure
+ Trinquette 27m² (Solent 1ris) endraillée sur étai largable
+ Tourmentin à endrailler
Intérieur du feeling 1040 3 cabines

Mon avis sur notre bateau occasion Feeling 1040

Ce bateau est d’ancienne génération, beaucoup d’entretien sont à prévoir au quotidien pour le garder dans un état correcte et navigable. Ce n’est pas un point négatif en soit, mais une réflexion (ou un constat général) qu’il faut porter avant de s’acquitter de ce genre de bateau. Cependant, le coup d’acquisition en occasion reste raisonnable (env 30 – 45 000€). Oui en occasion, il est surcoté tout de même mais il reste à mon sens un bateau d’exception pour ses 35 ans d’existence. C’était un bateau de bonne qualité à son époque et de ce fait, les propriétaires généralement en prennent soin à l’inverse de certains bateaux qui était destinés prioritairement aux charters… (Jeanneau ou Bénéteau pour ne cité que les plus connus en France). Le chantier Kirié avait eu le coup avant-gardiste sur ce concept. Comme je le dit régulièrement, le plus important sur un voilier, c’est l’état général du moteur ! Nous avons la chance d’avoir un refit moteur Volvo, donc ce problème qui me semble majeur pour des bateaux d’occasions n’est plus un inconvenant et c’est en partie, ce qui à fait que nous l’avons choisi…

Le carré est spacieux, la table est pratique pour s’installer à 6, le cockpit est rassurant en navigation, la cuisine est confortable mais les couchettes ne sont pas en format kingsize, la cabine salle de bain toilette est étroite pour des personnes de « belle corpulence » – C’est à mon sens la seule vraie différence avec la version propriétaire 2 cabines et la version 3 cabines- et il manque à mon gout d’équipets. Il a du mal a avancer à moins de 9 Noeuds TWS sans spinnaker asymétrique (ou du Gennaker), malgré sa réputation de bon marcheur. Il est parfaitement bien équilibré entre 10nds et 20nds dans toutes les allures (remonte jusqu’à 35° au pré AWA). A partir de 20 nds TWS, je trouve que le bateau est bien aux allures portantes mais qu’en méditerranée, avec les vagues de vent, au pré il est inconfortable (Comme tout les bateaux d’ancienne génération avant 2000…). C’est un paramètre compliqué à critiquer car il faut être bon marin pour bien régler ses voiles et utiliser des voiles alternatives forcement, ce qui n’est pas non plus mon cas !

La position de l’écoute de la bôme et des winchs sont typées pour des régatiers ou un usage solitaire mais en navigation avec équipage réduit (2/3 pers), je préfère des winchs plus en hauteur et plus rapprocher du cockpit avec une écoute de bôme non traversante au devant de la descente. Sur la version roof panoramique, beaucoup se plaignent du raguage du cordage au pied du mat, ce qui n’est pas notre cas et de l’espace étroit de la partie avant du carré et de la cabine avant. Toutes les manœuvres peuvent être reprises au cockpit.

Par navigation hauturière de nuit, le fait de pouvoir se positionner assis dans la descente et de voir à 360° au travers de la capote du roof est vraiment un confort, peux de gite, même au moteur c’est calme !

Le top c’est la grande place du cockpit pour les apéros ou en cas de navigation par BMS annoncé et la jupe arrière qui est suffisante pour se baigner ou s’amarrer cul au ponton. La taille du bateau est parfait pour des nuits économique en escale dans les ports méditerranéens ainsi que son tiran d’eau standard.

L’ambiance bois miel est exceptionnelle. A l’inverse des bateaux modernes qui « respire » des échos de plastic… Le pont en sifflet est le plus utile en méditerranée car il permet une bonne ventilation par beau temps (+20°c) et ne fait pas d’effet serre en plein été comme sur la version roof panoramique du 1090 ou du Bénéteau l’Oceanis 350 de la même génération. La luminosité est parfaite, le matin en se réveillant en douceur avec le soleil ou en pleine journée. Un autre point négatif est l’impossibilité d’utiliser les cales pour le stockage car trop petite. La table à carte est à l’envers mais de nos jours, avec l’arrivé des mobiles et tablette, qui n’utilise pas Navionics dans le cockpit ?!? Je ne consulte que rarement la table à carte en navigation.

Maintenant, avec mon recule, je partirais, à l’heure ou j’écris cet article, sur la même taille de bateau (10-12m) pour des raisons économiques et pratique de bricolage. Mais je regarde pour un bateau avec une poupe plus large pour le confort des cabines arrières et avec un gréement sloop fractionné pour la mise en place d’un foc auto-vireur et un bout extérieur pour un Code D/0 sur emmagasinement et d’une GrandVoile Enroulée dans le mat. Par contre ce genre de bateau, se trouve à prix beaucoup plus élevés sur le marché de l’occasion (65 – 80 k€). Un coup de cœur tout de même pour le 416 Feeling même si je pense qu’il faudrait que l’on change de mat pour qu’il soit parfait 😉